Home » ActualitĂ©s, Featured, Mode

Mode: vers une sortie de crise pour le Luxe ?

12 octobre 2010 No Comment

Les griffes de luxe ont livré cet automne des collections de prêt-à-porter recentrées sur leurs codes stylistiques, les rendant à la fois plus identifiables et plus vendables, dans un secteur qui veut croire à la fin de la crise après un important rebond.

Toute la crĂ©ativitĂ© des stylistes semble avoir Ă©tĂ© mise au service de l’identitĂ© de leur marque, comme chez Yves Saint Laurent (groupe PPR), oĂą Stefano Pilati a magnifiĂ© les codes maison: Ă©lĂ©gance altière, coupes nerveuses, palette sobre.

« La collection Ă©tait parfaitement juste par rapport au style Saint Laurent », a dĂ©clarĂ© Ă  Reuters Colleen Sherin, directrice de la mode du grand magasin amĂ©ricain Saks Fifth Avenue.

Chez Chanel, Karl Lagerfeld a offert le raffinement attendu de la maison de la rue Cambon, tout en portant haut la mise en valeur de ses célèbres tweeds.

« Les marques ont un avantage fantastique quand elles ont des produits phare, facilement identifiables et très reprĂ©sentatives de leur style », remarque Luca Solca, analyste de Bernstein.

Très attendue après la disparition d’Alexander McQueen, Sarah Burton, sa fidèle collaboratrice, a relevĂ© le dĂ©fi avec talent, apportant une touche de sobriĂ©tĂ© aux Ă©vocations animalières du couturier dĂ©funt.

D’autres maisons comme CĂ©line (groupe LVMH) pourraient rĂ©ussir leur pari. Après plusieurs annĂ©es incertaines, la griffe rĂ©putĂ©e « classique » a retrouvĂ© un nouveau souffle grâce Ă  la britannique Phoebe Philo, qui propose un vestiaire de haut vol, Ă©purĂ© et racĂ©.

POURSUITE DU REBOND

Après Milan et New York, les défilés parisiens de prêt-à-porter sont très attendus des acheteurs internationaux, pour qui Paris rime avec style et créativité.

« A Milan et New York, on fait du commercial. A Paris, on attend des tendances, car les marques y ont un ‘ADN‘ très fort. C’est ce que nous recherchons, c’est ce qui se vend », a dĂ©clarĂ© Ă  Reuters une responsable de Lane Crawford, premier groupe multimarques de Honk Kong et PĂ©kin.

Pour Ken Downing, directeur de la mode chez Neiman Marcus, « les consommateurs reviennent, mais l’Ă©conomie reste sous pression. Quand nous achetons, il faut que ce soit très nouveau et très tendance ».

A l’approche des publications des chiffres d’affaires du troisième trimestre, nombre de maisons interrogĂ©es ont fait Ă©tat d’une poursuite des tendances observĂ©es au premier semestre et se sont montrĂ©es optimistes pour les ventes de fin d’annĂ©e.

« Les clients achètent Ă  nouveau (…) C’est vrai en Europe et Ă  New York », a confiĂ© Ă  Reuters Sidney Toledano, directeur gĂ©nĂ©ral de Christian Dior (groupe LVMH) Ă  l’issue d’un dĂ©filĂ© emportant des filles ultra-glamour dans un voyage dans le Pacifique. A la question de savoir s’il Ă©tait confiant pour les ventes de NoĂ«l il a sobrement rĂ©pondu « oui ».

Le gĂ©ant mondial du luxe, qui ferme les magasins parisiens de sa marque phare Louis Vuitton une heure plus tĂ´t pour prĂ©server ses stocks de fin d’annĂ©e, vient d’augmenter de 9% le prix de certains de ses sacs en Europe.

Après une annĂ©e 2009 particulièrement difficile, la croissance de Gucci Group (groupe PPR) a atteint 8,5% au premier semestre, celle du pĂ´le mode-maroquinerie de LVMH 14% et celle d’Hermès 20%, grâce Ă  une dynamique chinoise sans faille, aux flux touristiques et Ă  la reprise de la consommation en Europe et aux Etats-Unis.

La suite de l’article sur Le Point

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.